Mot du chef d’établissement

replica watches

L’imagination et la décision ne sont rien sans l’EFFORT…

Le poète Catulle disait « La victoire aime l’effort. »

Tout ce qui nous est naturel, n’a-t-il pas demandé un dépassement de soi à un moment de notre vie ?

Apprendre à marcher, à parler, à utiliser des couverts, à dessiner, à chanter, à écrire…

Apprendre à faire du vélo, à nager, à conduire…

Pourquoi avons-nous fait l’effort d’apprendre tout cela ?

Nos rêves ont besoin d’un carburant pour se mettre en mouvement. Ce carburant s’appelle « l’effort dans la durée ». Alors l’effort d’accord, mais jusqu’où ?

Après avoir été planté, un arbre fruitier a besoin généralement de plus d’un jour ou d’une semaine pour porter du fruit. Le mode réflexe qui nous plonge sans cesse dans l’immédiateté nous fait oublier que le temps peut être notre allié. L’effort a besoin de temps.

Certes, tout le monde veut réussir, mais tout le monde ne maintient pas l’effort dans la durée, jusqu’à ce qu’il produise les résultats attendus. « Réussir tout de suite » est un oxymore à mon sens. La difficulté vient du fait que nos efforts donnent des résultats invisibles au début… c’est à dire des racines. C’est là que réside un des secrets de la réussite. Sans racine, l’arbre reste fragile et ne peut s’épanouir.

L’effort durable produit des racines qui, à leur tour, favorisent l’apparition de fruits visibles. Tel est le processus de tout apprentissage.

Soyons indulgents et patients. En combien de temps avons-nous appris à marcher, à parler, à lire, à écrire, à faire du vélo, à nager… ?

Tout ceci ne nous est-il pas devenu naturel aujourd’hui ? N’avons-nous pas fait d’effort pour obtenir ces réussites durables ?

L’effort paie toujours, il « suffit » d’être patient… et c’est alors que notre imagination et nos décisions s’épanouissent.

Alors l’École sans effort a-t-elle du sens ?

Selon Jean-Marie Poupart, essayiste et romancier Québécois : « Lorsqu’on fait un effort, on s’aime ».

Pour réussir cette année scolaire avec détermination, lançons « la mode de l’effort » J

Charles Cayrel

Chef d’établissement

2017/2018

Voici que le semeur sortit pour semer.

Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger.

D’autres sont tombés sur le sol pierreux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre ; ils ont levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde. Le soleil s’étant levé, ils ont brûlé et faute de racines, ils ont séché.

D’autres sont tombés dans les ronces ; les ronces ont poussé et les ont étouffés.

D’autres sont tombés dans la bonne terre, et ils ont donné du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un.

Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! » Saint Matthieu 13

Certes, nous ne sommes pas propriétaire de notre vie, mais nous en sommes les héritiers et les bâtisseurs. Si nous n’avons pas choisi l’époque, le pays, la famille dans lesquels nous sommes nés, chaque jour nous prenons une multitude de décisions et effectuons des choix… à commencer par le regard que l’on souhaite poser sur la vie.

Tel est l’appel d’une œuvre d’éducation, que de « semer » très largement, sans restriction, avec la même énergie pour la bonne terre comme sur les chemins pierreux et dans les ronces, avec un regard d’espérance, sans cesse renouvelé.

Que semons-nous ? À quoi invitons-nous ?

Nous appelons chaque jeune qui nous est confié à devenir soi-même.

Sainte Catherine de Sienne disait :

« Si vous devenez ce que vous devez être, vous mettrez le feu au monde entier ! »

L’appel à devenir pleinement héritier et humblement bâtisseur. L’appel à découvrir et faire fructifier les talents reçus afin de les mettre au service des autres. « To learn then to serve » pour reprendre une expression anglo-saxonne.

L’ensemble scolaire Saint-Antoine Sainte-Sophie est une œuvre d’éducation, attachée à la bienveillance, à l’esprit de service, de bien commun, qui a pour visée la réalisation de l’être dans sa plénitude.

Cette réalisation ne se fait pas seul. Chacun de nous n’est pas une île isolée ; nous sommes des archipels. Chacun avec sa spécificité, mais tous en relation les uns avec les autres, jeunes et adultes, nous nous épaulerons mutuellement pour répondre à l’appel qui nous est propre.

Belle expérience éducative à tous !

Charles CAYREL

Chef d’Établissement