Concours d’éloquence

Chaque année des élèves de 1ère ST2S participent au concours d’éloquence organisé par le Rotary club.

 

Le But du concours

Le Rotary souhaite faire la promotion de l’expression orale et de la communication auprès des classes de première et de terminale des lycées en mettant à leur disposition une tribune, un public, un jury et en leur donnant la possibilité de s’exprimer librement sur un sujet donné.

Pour les jeunes qui participent à cette compétition, amicale, il s’agira souvent de la première expérience de prise de parole à la tribune, face à un public, hors des repères familiers de la classe.

Cet exercice, particulièrement difficile, s’avèrera enrichissant et formateur pour la suite de leurs études et dans le cadre de leur avenir professionnel.

Pour le public qui assiste, c’est l’occasion d’écouter les jeunes s’exprimer sur leurs préoccupations du moment et sur la manière dont ils perçoivent le monde qui les entoure.

 

Pour l’année 2014/2015, les quarts de finale du concours d’expression orale se sont déroulés dans le local du Rotary club à Bohain.

Mélyan Journaux, Stacy Cocheteux, Mathilde Noirot et Amélia Kimpe (Première ST2S) se sont retrouvés en compétition avec des élèves des lycées de Landrecies et du Cateau.

concours-d-eloquenceAprès avoir présenté leur sujet libre, ils ont eu à choisir l’un des sujets imposés. Finalement deux des élèves du lycée sainte-Sophie ont choisi : « Peut-on croire au Père Noël ? » et les deux autres : « Vous êtes chargé(e) par votre classe de faire l’éloge funèbre de votre professeur de Français, tué(e) dans un attentat. » (Et oui, ils ont osé !!)

Après délibération du jury, cette année composé uniquement de personnes extérieures au Rotary, le verdict est tombé. Seule Mathilde arrive troisième ex aequo donc suppléante. Elle a quand même remporté un chèque de 70 € et tous sont repartis avec le Prix Goncourt des lycéens (Foenkinos Charlotte).

 

Aucun regret. Une belle aventure. Une expérience d’éloquence pas facile : passer devant un jury pendant un temps donné. Mais de bons souvenirs à quelques mois des examens de français…